"Nous commencerons par invoquer la Terre.
Toi qui es Terre,
             il faut savoir t'aimer.
En toi reposent le grain de nos moissons,
                              et les assises de nos maisons.
Dans ton sein, notre fer et notre charbon,
dans ton sein, notre vie,
                                      éphémère comme les vents,
                                                                         en toi...
Toi qui te nommes Terre,
                        tu changes sans répit.
Tu nous créas dans les gouttes de ton eau.
Nous te transformons
                      et nous nous transformons..."
Ainsi parle la page 21.
Sélime referma le livre.
Comprendre,
                     c'est chanter le premier chant de la liberté.
Et Sélime,
               fils-de-Chabane,
                                        chante...

***

Nazim Hikmet, Sélime, fils-de-Chabane et son Livre, VI
Publicités