dans un papier à tapisser déchiré je vois un papillon qui est en train de mourir il est un passage secret qui va et vient sans cesse vers le monde d’outre tombe je vois un jour dans mes moustaches le papillon qui est en train de mourir dont les ailes lourdes sont pendantes le papillon mange de la rosée pauvre des gouttes de mon haleine si j’étais mort de boucher le passage avec ma paume le papillon s’envolerait comme on s’assoie puis se lève mais on doit ne pas laisser filtrer cette parole à l’extérieur

***

Yi Sang (1910-1937), Perspective à vol de corneille

Publicités