Monsieur,

Je vous écris pour vous dire que j’ai beaucoup aimé votre livre. Et je ne suis pas la seule : à la maison, tout le monde l’a adoré.

Surtout Anita, ma petite sœur. Elle le traîne partout avec elle. Elle couche même avec. Et quand elle prend un bain, elle le jette dans la baignoire. Elle dit que c’est un sous-marin.

Mes parents, eux, l’ont trouvé tellement bien qu’ils en ont acheté chacun une dizaine d’exemplaires. Ils se les envoient à la figure quand ils ont une scène de ménage. Ils disent que c’est mieux que des assiettes parce que ça peut resservir plusieurs fois.

Moi, dans votre livre, ce que je préfère, c’est la page 142. C’est là que j’élève mes asticots pour la pêche. J’ai tartiné toute la page avec du camembert et j’ai attendu que ça moisisse. Les asticots adorent.

Finalement, il n’y a que mon grand-père qui n’aime pas votre livre. C’est de sa faute aussi : il l’a lu. Quelle drôle d’idée !

Avec toute mon admiration.

***

Bernard Friot, Histoires pressées

Advertisements