Votre pensée
rêvant dans votre cerveau ramolli,
comme un laquais repu se vautre au gras du lit,
je la taquinerai sur un morceau de coeur sanglant,
j’en rirai tout mon saoul, insolent et cinglant.

Dans mon âme je n’ai pas un seul cheveu blanc,
ni la douceur des vieilles gens !
A mon puissant verbe, le monde est tremblant,
je vais – superbe
avec mes vingt-deux ans.

Tendres !
Vous mettez votre amour dans les violons.
C’est dans les timbales qu’un dur met l’être cher.
Mais vous ne pouvez pas vous retourner les chairs
pour n’être comme moi que lèvres tout au long.

Toute en batiste, hors du salon –
devenez mon élève,
digne fonctionnaire d’une ligue angélique.
Et qui tranquillement vous feuillette les lèvres
comme la cuisinière un art gastronomique.

Voulez-vous
que je sois enragé par la viande,
-et puis, comme le ciel, changeant de ton –
voulez-vous
qu’irréprochablement je devienne tendre,
homme – non, mais – nuage en pantalon !

Je ne crois pas à une Nice de pétales !
Vont encore se glorifier par mes vers
les hommes croulants comme un hôpital,
les femmes rebattues comme un proverbe.

 

***

 

Vladimir Maïakovski, prologue du « Nuage en pantalon », 1914. Gallimard – traduction de Christian David