C’est la petite misère
avec tes yeux gris
avec ton blouson vert
comme un chat dans la nuit
Va pas t’tailler les veines
Va pas couler avec la Seine

C’est la petite misère
Va pas t’foutre en l’air
sur la ligne aérienne
Un ticket de métro
c’est quand même pas Cayenne
T’en ferais pas un peu trop

C’est la petite misère
Ne plus te voir ce soir
Dormir dans nos caravanes
dans la ville d’en bas
on attend notre tour
pour un autre départ

Nous sommes faits d’atomes
et d’électricité
Le cœur marche et puis il s’arrête
Nous sommes faits d’atomes
Un somme nous arrête

C’est la petite misère
Que tu me prends la tête
Trois Pater, deux Ave
une enfant dépravée
Tous les gens vont au lit
Des rêves flingués dans la tête

C’est la petite misère
Un peu plus bas que terre
Prisonniers de nos clés
de nos corps déréglés
c’est la petite misère
Quand tu t’en vas bien trop loin

C’est la petite misère
mais c’est bien toi que j’aime
Ne te moque pas
Ne prends pas ces grands airs
c’est la porte à coté
celle du cimetière

Nous sommes faits d’atomes
et d’électricité
et le cœur marche et puis il s’arrête
Nous sommes faits d’atomes
Personne nous arrête
La vie est bien trop courte
pour que l’on regrette

C’est la petite misère
C’est vraiment pas de veine
avec ta dégaine
Sur la ligne aérienne
ta gueule de second rôle
C’est quand même pas la taule

C’est la petite misère
Je peux conduire comme James Dean
les yeux fermés sous la pluie
dans le désert de Paris
dans le désert de Paris

***
Raphael Haroche, Pacific 231, 2010