You are currently browsing the category archive for the ‘Barnes’ category.

 

La sirène a retenti Les ouvriers aux traits tirés
se tiennent debout derrière leurs machines délabrées
sous les panneaux interdisant de dire Les moteurs toussent
les roues commencent à tourner une série d’images et de clichés
s’égrène sur la chaîne de montage
et passe sous les yeux rougis
des vérificateurs Chaque mot est approché de la lumière
tourné et retourné inspecté de tous côtés
avant d’être ajusté aux phrases et aux structures
puis transmis aux manœuvres qui soudent
les adjectifs aux noms
Un vieux travailleur se penche en fronçant les sourcils
un sens a failli s’égarer il l’écarte adroitement
sans se faire remarquer et d’un coup de pied
l’envoie sous la machine

 

***

« L’usine de poésie » de Keith Barnes, dans Né sous les éclats des vitres, 1967

Publicités

Ce que j’écris :

La phrase qui tue :

Peu m'importe.
Peu m'importe quoi ? Je ne sais 
pas ; peu m'importe.
                    Fernando Pessoa

Classement par auteurs

Haïku !!!

Sans savoir pourquoi
                     j'aime ce monde
   où nous venons mourir___

                 Natsume Sôseki

Articles les mieux notés

octobre 2019
L M M J V S D
« Juil    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Un petit sondage

Archives

google-site-verification: google2f13a981018fddfc.html
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :