You are currently browsing the tag archive for the ‘vo’ tag.

vous ne les verrez pas souvent
car où est la foule
ils
ne sont pas. 

ces gens bizarres, pas
nombreux
mais d’eux
proviennent
les rares
bons tableaux
les rares
bonnes symphonies
les rares
bons livres
et autres
œuvres.

et des
meilleurs des
étranges
peut-être
rien.

ils sont
leurs propres
tableaux
leurs propres
livres
leur propre
musique
leur propre
œuvre.

parfois je crois
les voir
eux – disons
un certain vieil
homme
assis sur un
certain banc
d’une certaine
façon

ou
un visage entrevu
croisé
dans une
automobile
qui passe

ou
un certain geste
des mains
d’un garçon ou d’une
fille
qui emballe les provisions
à la caisse d’un
supermarché.

parfois
c’est même quelqu’un
avec qui
on vit
depuis un certain
temps –
on remarque
un
regard
vif comme l’éclair
qu’on ne leur a
jamais vu
avant.

parfois
on ne remarque
leur
existence
que soudain
dans un
vif
souvenir
quelques mois
quelques années
après leur
départ.

je me rappelle
un cas
semblable-
il avait dans les
20 ans
soûl à
10 heures du matin
se regardait dans
une glace
fêlée
de La Nouvelle-Orléans

visage rêveur
contre les
murs du
monde


suis-je
allé?

you wont see them often
for wherever the crowds are
they
are not. 

these odd ones, not
many
but from them
come
the few
good paintings
the few
good symphonies
the few
good books
and other
works.

and from the
best of the
strange ones
perhaps
nothing.

they are
their own
paintings
their own
books
their own
music
their own
work.

sometimes i think
i see
them- say
a certain old
man
sitting on a
certain bench
in a certain
way

or
a quick face
going the other
way
in a passing
automobile

or
there’s a certain motion
of the hands
of a bag-boy or a bag-
girl
while packing
supermarket
groceries.

sometimes
it is even somebody
you have been
living with
for some
time-
you will notice
a
lightning quick
glance
never seen
from them
before.

sometimes
you will only note
their
existence
suddenly
in
vivid
recall
some months
some years
after they are
gone.

i remember
such a
one-
he was about
20 years old
drunk at
10 a.m.
staring into
a cracked
new orleans
mirror

face dreaming
against the
walls of
the world

where
did i
go?

Regardez cet animal à l’intérieur de la cage que vous lui avez fabriquée :
Êtes-vous certain de savoir de quel côté vous vous trouvez ?
Vous feriez mieux de ne pas le regarder dans les yeux de trop près :
Êtes-vous certain de savoir de quel côté du miroir vous vous trouvez ?
Regardez la vie saine et sûre que vous vous êtes créée :
Tout est exactement à sa place.
Ressentez-vous cette vanité qui est au fond de votre coeur ?
Tout est
Exactement à sa place.

Et si tout ce qui vous entoure
N’était pas vraiment comme vous l’imaginez ?
Et si tout ce que vous pensez connaître du monde
N’était qu’un rêve très détaillé ?
Si vous jetez un oeil à votre propre reflet
Est-ce là tout ce que vous en attendez ?
Et si vous pouviez regardez à travers les fissures
Ne vous retrouveriez-vous pas, vous-même,
Ne vous retrouveriez-vous pas, vous-même, effrayé par ce que vous y verriez ?

Et si le monde entier était à l’intérieur de votre tête
Tout simplement créé par votre esprit,
Vos démons et vos dieux,
Tout ce qui est vivant et mort,
Et qu’en réalité, vous étiez complètement seul ?
Vous pourriez vivre dans cette illusion,
Vous êtes libre d’y croire,
Vous persistez à vouloir y voir clair, mais ne pouvez pas voir les bois
Si vous restez caché au milieu des arbres de la forêt.

***

See the animal in his cage that you built
Are you sure what side you’re on?
Better not look him too closely in the eye
Are you sure what side of the glass you are on?
See the safety of the life you have built
Everything where it belongs
Feel the hollowness inside of your heart
And it’s all
Right where it belongs

What if everything around you
Isn’t quite as it seems?
What if all the world you think you know
Is an elaborate dream?
And if you look at your reflection
Is it all you want it to be?
What if you could look right through the cracks?
Would you find yourself
Find yourself afraid to see?

What if all the world’s inside of your head
Just creations of your own?
Your devils and your gods
All the living and the dead
And you’re really all alone?
You can live in this illusion
You can choose to believe
You keep looking but you can’t find the woods
While you’re hiding in the trees


***

Trent Reznor, Nine Inch Nails, album « With Teeth », 2001 – traduction maison.

Erase Una Vez
un lobito bueno
al que maltrataban
todos los corderos

…..

Y había también
un príncipe malo,
una bruja hermosa
y un pirata honrado.

….

Todas estas cosas
había una vez
cuando yo soñaba
un mundo al revés.

Il était une fois
un gentil louveteau
qui était maltraité
par tous les moutons.

….

Et il y avait aussi
un méchant prince
une belle sorcière
et un pirate généreux

….

Toutes ces personnes
étaient une fois
lorsque je rêvais
d’un monde à l’envers

Fog

…….

There’s a little child
Running round this house
And he never leaves
He will never leave
And the fog comes up
From the sewers and
Glows
In
The dark

…….

Baby alligators
In the sewers
Grow up fast
Grow up fast
Anything you want
It can be
Done
How
Did you go bad ?
Did you go bad ?
Did you go bad ?
Somethings will never wash away
Did you go bad ?
Did you go bad ?

Brume

…….

Il y a un petit enfant
Qui court autour de sa maison
Sans jamais partir
Il ne partira jamais
Et par les égouts
Monte la brume qui
Brille
Dans
Le noir

…….

Dans les égouts
Les bébés alligators
Grandissent vite
Grandissent vite
Tout ce que tu souhaites
Peut devenir
Réel
Comment
En es-tu arrivé là ?
En es-tu arrivé là ?
En es-tu arrivé là ?
Il y a des taches qui ne s’effaceront jamais
En es-tu arrivé là ?
En es-tu arrivé là ?

***

Radiohead, texte de Thom Yorke, traduction maison – la vidéo n’est pas de Radiohead – source photo

Now I’ve heard there was a secret chord
That David played, and it pleased the Lord
But you don’t really care for music, do you?
It goes like this
The fourth, the fifth
The minor fall, the major lift
The baffled king composing Hallelujah

Your faith was strong but you needed proof
You saw her bathing on the roof
Her beauty and the moonlight overthrew you
She tied you
To a kitchen chair
She broke your throne, and she cut your hair
And from your lips she drew the Hallelujah

Baby I have been here before
I know this room, I’ve walked this floor
I used to live alone before I knew you.
I’ve seen your flag on the marble arch
Love is not a victory march
It’s a cold and it’s a broken Hallelujah

There was a time you let me know
What’s really going on below
But now you never show it to me, do you?
And remember when I moved in you
The holy dove was moving too
And every breath we drew was Hallelujah

You say I took the name in vain
I don’t even know the name
But if I did, well really, what’s it to you?
There’s a blaze of light
In every word
It doesn’t matter which you heard
The holy or the broken Hallelujah

I did my best, it wasn’t much
I couldn’t feel, so I tried to touch
I’ve told the truth, I didn’t come to fool you
And even though
It all went wrong
I’ll stand before the Lord of Song
With nothing on my tongue but Hallelujah

***

J’ai entendu parler d’un accord secret
Que David jouait pour charmer le Seigneur,
Mais tu ne t’intéresses pas vraiment à la musique, n’est-ce pas ?
Cette chanson se joue ainsi :
La quarte, la quinte,
La tierce mineure diminuée, et la majeure augmentée,
Et voici le roi déchu qui compose  son Hallelujah.

Ta foi était grande, mais tu cherchais une preuve
Tu la vis se baigner sur le toit
Sa beauté et le clair de lune te bouleversèrent
Elle t’attacha
Dans la cuisine, sur une chaise
Elle renversa ton trône, elle coupa tes cheveux
Et de tes lèvres elle fit naître le Hallelujah

Mon amour, je suis déjà venu ici
Je connais cette chambre, j’ai marché sur ce sol
Je vivais seul avant de te rencontrer
J’ai vu ton drapeau sur l’arche de marbre
L’amour n’est pas une marche de victoire
C’est un Hallelujah froid et brisé

A une époque, tu me faisais savoir
Ce qui se passait vraiment ici bas
Mais à présent, tu ne le fais plus, n’est-ce pas ?
Et souviens-toi du temps où j’évoluais en ton sein
Avec la sainte colombe
Tandis que chacun de nos souffles était un Hallelujah

Tu dis que j’ai employé le Nom en vain
Mais je ne connais même pas le Nom
Et si je le savais, pour tout dire, qu’est-ce que ça te ferait ?
Un incendie de lumière
Habite chaque mot
Et peu importe que tu y aies entendu
Le saint Hallelujah ou celui qui a été brisé

J’ai fait de mon mieux, ce n’était pas grand chose
Incapable de sentir, j’ai tenté d’atteindre
J’ai dit la vérité, sans vouloir te tromper
Et même
Si tout a mal tourné
Je me tiendrai debout devant le le Seigneur du Chant
Et je n’aurai sur le bout de la langue qu’un Hallelujah

***

Leonard Cohen – Hallelujah, album Various Positions, 1984 – traduction maison (j’ai fait de mon mieux, c’est pas toujours terrible, mais mieux que les traductions mot à mot qu’on trouve ailleurs non ? en tout cas j’accepte les reproches et les propositions). Je ne peux résister à ajouter en bonus la superbe version de Jeff Buckley, dont les paroles sont cependant différentes à la fin :

WHO is now reading this?

May-be one is now reading this who knows some wrong-doing of my past life,
Or may-be a stranger is reading this who has secretly loved me,
Or may-be one who meets all my grand assumptions and egotisms with derision,
Or may-be one who is puzzled at me.

As if I were not puzzled at myself!
Or as if I never deride myself! (O conscience-struck! O self-convicted!)
Or as if I do not secretly love strangers! (O tenderly, a long time, and never avow it ; )
Or as if I did not see, perfectly well, interior in myself, the stuff of wrong-doing,
Or as if it could cease transpiring from me until it must cease.

***

Qui lit ceci maintenant?

Peut-être est-ce quelqu’un qui connaît un des écarts de conduite de ma vie passée,
Ou peut-être un  inconnu qui en secret m’a aimé,
Ou peut-être quelqu’un qui accueille avec dérision toutes mes grandioses prétentions et mon égotisme,
Ou peut-être est-ce quelqu’un que j’intrigue.

Comme si je n’étais pas aussi intrigué par moi-même!
Ou comme si je ne me tournais jamais en dérision moi-même! (O bourrelé de remords! O condamné par ma propre conscience!)
Ou comme si je n’aimais pas en secret des inconnus! (Oh, avec quelle tendresse, pendant longtemps et sans jamais l’avouer; )
Ou comme si je ne voyais pas très clairement en moi-même la source de mes écarts de conduite,
Ou comme si elle pouvait cesser de sourdre en moi avant son heure.

***

Walt Whitman, Feuilles d’herbe (Leaves of Grass) – Traduction de Roger Asselineau

Pour les patriarches nostalgiques, un grand tube des années 1270 : 1, 2, 3, 4 musique !

Je muir, je muir d’amourete,
Las! ai mi
Par defaute d’amiete
De merchi.
A premiers la vi douchete;
Je muir, je muir d’amourete,
D’une atraitant manierete
A dont la vi,
Et puis la truis si fierete
Quant li pri.
Je muir, je muir d’amourete,
Las! ai mi
Par defaute d’amiete
De merchi.

***

Je meurs, je meurs d’amourette,
Hélas ! aïe, pauvre de moi !
Car je n’ai pas de petite amie,
Par misère.
Tout d’abord je la trouvai toute tendre ;
Je meurs, je meurs d’amourette,
D’une façon toute violente,
Depuis que je la vis ;
Puis je la trouvai si farouche
Lorsque je la suppliai.
Je meurs, je meurs d’amourette,
Hélas ! aïe, pauvre de moi !
Car je n’ai pas de petite amie,
Par misère.

***

Adam de la Halle, rondeau, « Je muir d’amourete » – traduction maison. Si quelqu’un propose mieux, preuves à l’appui, je prends.

Heureux qui a pu connaître les raisons des choses,

qui a foulé aux pieds toutes les craintes, la croyance en un destin inexorable

et tout le bruit fait autour de l’avare Achéron !

***

Felix qui potuit rerum cognoscere causas,

Atque metus omnes, et inexorabile fatum

Subjecit pedibus, strepitumque Acherontis avari !

***

Virgile, Géorgiques, II, v. 490 – traduction de H. Goelzer

Tableau : William-Adolphe Bouguereau, Dante et Virgile visitent l’Enfer, 1850

Vivons, ma Lesbie, et aimons-nous,
traitons comme rien tous les propos jaloux
de la trop sévère vieillesse.
Le soleil meurt et reparaît sans cesse;
mais nous, lorsqu’une fois meurt notre flamme éphémère,
il nous faut tous dormir d’une nuit éternelle.
Donne-moi mille baisers, et puis cent,
mille autres, et à nouveau cent,
et encore mille autres, et puis cent…
et par milliers, nous brouillerons si bien le compte
qu’il nous échappera,
et que nul ne pourra nous envier
en apprenant l’étendue du nombre de nos baisers !
Vivamus, mea Lesbia, atque amemus,
rumoresque senum severiorum
omnes unius aestimemus assis.
Soles occidere et redire possunt ;
nobis cum semel occidit brevis lux,
Nox est perpetua una dormienda.
Da mi basia mille, deinde centum,
dein mille altera, dein secunda centum,
deinde usque altera mille, deinde centum.
Dein, cum milia multa fecerimus,
conturbabimus illa, ne sciamus,
aut ne quis malus invidere possit,
cum tantus sciat esse basiorum.

***

Catulle (87-54 av. JC), Poèmes à Lesbie, V



Qu’avez vous fait, vous, les gidiens,
les cérébraux, les rilkéens,
les mystériens, les faux sorciers
exitentiels, vous, les pavots
surréalistes qui flambiez
sur une tombe, les cadavres
de la mode européisés,
les blancs asticots du fromage
capitaliste, qu’avez-vous fait
devant le règne de l’angoisse,
devant cet obscur être humain
cette présence piétinée,
cette tête qu’on enfonçait
dans le fumier, cette nature,
de rudes vies foulées aux pieds ?
Vous avez pris la poudre d’escampette
pour vendre vos monceaux d’ordure,
pour chercher des cheveux célestes,
la plante lâche, l’ongle ébréché,
la « Beauté pure », le « sortilège »,
des oeuvres de pauvres capons
pour que les yeux s’évadent, pour
que les délicates pupilles
s’embrouillent, pour survivre
avec ce plat de rogatons
que vous ont jeté les seigneurs,
sans voir la pierre à l’agonie,
sans protéger, sans conquérir,
plus aveugles que les couronnes
du cimetière, quand la pluie
tombe sur les fleurs immobiles,
les fleurs pourries des sépultures.
Qué hicisteis vosotros gidistas,
intelectuales, rilkistas,
misterizantes, falsos brujos
existenciales, amapolas
surrealistas encendidas
en una tumba, europeizados
cadáveres de moda,
pálidas lombrices del queso
capitalista, qué hicisteis
ante el reinado de la angustia,
frente a este oscuro ser humano,
a esta pateada compostura,
a esta cabeza sumergida
en el estiércol, a esta esencia
de ásperas vidas pisoteadas?
No hicisteis nada sino la fuga:
vendisteis hacinado detritus,
buscasteis cabellos celestes,
plantas cobardes, uñas rotas,
«belleza pura», «sortilegio»,
obra de pobres asustados
para evadir los ojos, para
enmarañar las delicadas
pupilas, para subsistir
con el plato de restos sucios
que os arrojaron los señores,
sin vender la piedra en agonía,
sin defender, sin conquistar,
más ciegos que las coronas
del cementerio, cuando cae
la lluvia sobre las inmóviles
flores podridas de las tumbas.

***

Pablo Neruda, Chant Général, V, 2, 1950



Ce que j’écris :

La phrase qui tue :

Peu m'importe.
Peu m'importe quoi ? Je ne sais 
pas ; peu m'importe.
                    Fernando Pessoa

Classement par auteurs

Haïku !!!

Sans savoir pourquoi
                     j'aime ce monde
   où nous venons mourir___

                 Natsume Sôseki

Articles les mieux notés

juillet 2017
L M M J V S D
« Juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Un petit sondage

Archives

google-site-verification: google2f13a981018fddfc.html
%d blogueurs aiment cette page :