You are currently browsing the category archive for the ‘Yi Sang’ category.

une personne qui se bat est à vrai dire la personne qui ne s’est pas battue et a été aussi la personne qui ne se bat pas si la personne qui se bat a donc envie d’un spectacle où on se bat il suffit que soit la personne qui ne s’est pas battue assiste à un spectacle où on se bat soit la personne qui ne se bat pas assiste à un spectacle où on se bat soit la personne qui ne s’est pas battue ou la personne qui ne se bat pas assiste à un spectacle où on ne se bat pas et si c’est fait c’est tout

Dali, Le Combat des cavaliers

Publicités

dans un papier à tapisser déchiré je vois un papillon qui est en train de mourir il est un passage secret qui va et vient sans cesse vers le monde d’outre tombe je vois un jour dans mes moustaches le papillon qui est en train de mourir dont les ailes lourdes sont pendantes le papillon mange de la rosée pauvre des gouttes de mon haleine si j’étais mort de boucher le passage avec ma paume le papillon s’envolerait comme on s’assoie puis se lève mais on doit ne pas laisser filtrer cette parole à l’extérieur

***

Yi Sang (1910-1937), Perspective à vol de corneille

Yi Sang est le Rimbaud coréen, en plus moderne. Les quelques poèmes que j’ai trouvés de lui sont écrits dans un style presque algorithmique, tout en défiant les lois les plus élémentaires de la logique.  L’ambiance est parfois assez dérangeante…

13 enfants courent dans une rue.
(une impasse pourrait convenir)

L’enfant N°1 dit qu’il a peur.
L’enfant N°2 aussi dit qu’il a peur.
L’enfant N°3 aussi dit qu’il a peur.
L’enfant N°4 aussi dit qu’il a peur.
L’enfant N°5 aussi dit qu’il a peur.
L’enfant N°6 aussi dit qu’il a peur.
L’enfant N°7 aussi dit qu’il a peur.
L’enfant N°8 aussi dit qu’il a peur.
L’enfant N°9 aussi dit qu’il a peur.
L’enfant N°10 aussi dit qu’il a peur.

L’enfant N°11 dit qu’il a peur.
L’enfant N°12 aussi dit qu’il a peur.
L’enfant N°13 aussi dit qu’il a peur.
Les 13 enfants n’étaient que des enfants
effrayants et effrayés.
(il valait mieux ne pas avoir d’autre situation)

Parmi eux, 1 enfant pourrait être effrayant.
Parmi eux, 2 enfants pourraient être effrayants.
Parmi eux, 2 enfants pourraient être effrayés.
Parmi eux, 1 enfant pourrait être effrayé.

(même une ruelle ouverte pourrait convenir)
Les 13 enfants peuvent ne pas courir dans la rue.

***

Yi Sang, 1910-1937, Perspective à vol de corneille, traduit par Chang-Kyum Kim avec la participation de Claude Mouchard (source)

Ce que j’écris :

La phrase qui tue :

Peu m'importe.
Peu m'importe quoi ? Je ne sais 
pas ; peu m'importe.
                    Fernando Pessoa

Classement par auteurs

Haïku !!!

Sans savoir pourquoi
                     j'aime ce monde
   où nous venons mourir___

                 Natsume Sôseki

Articles les mieux notés

novembre 2017
L M M J V S D
« Juil    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Un petit sondage

Archives

google-site-verification: google2f13a981018fddfc.html
%d blogueurs aiment cette page :