You are currently browsing the category archive for the ‘Du Bellay’ category.

Vu le soin* ménager* dont travaillé* je suis,
Vu l’importun souci qui sans fin me tourmente,
Et vu tant de regrets desquels je me lamente,
Tu t’ébahis souvent comment chanter je puis.

Je ne chante, Magny*, je pleure mes ennuis,
Ou, pour le dire mieux, en pleurant je les chante;
Si bien qu’en les chantant, souvent je les enchante :
Voilà pourquoi, Magny, je chante jours et nuits.

Ainsi chante l’ouvrier en faisant son ouvrage,
Ainsi le laboureur faisant son labourage,
Ainsi le pèlerin regrettant sa maison,

Ainsi l’aventurier en songeant à sa dame,
Ainsi le marinier en tirant à la rame,
Ainsi le prisonnier maudissant sa prison.

***
Joachim Du Bellay, Les Regrets (1558), sonnet XII

– soin : synonyme de « souci ».
– ménager : concerne l’intendance, l’économie, la gestion de la vie quotidienne, fait référence à la profession de Du Bellay, qui était alors intendant à Rome auprès de son oncle et vivait cela comme un exil.
– synonyme de tourmenter ; cf. étymologie : du latin médiéval tripaliare « torturer », de tripalium « instrument de torture à trois pieux » (d’où l’impertinence de la « valeur travail »…).
– Magny est un autre poète français, qui est aussi à Rome.

Publicités

Comme on passe en été le torrent sans danger,
Qui soulait* en hiver être roi de la plaine,
Et ravir par les champs d’une fuite hautaine
L’espoir du laboureur et l’espoir du berger :

Comme on voit les couards animaux outrager
Le courageux lion gisant dessus l’arène,
Ensanglanter leurs dents, et d’une audace vaine
Provoquer l’ennemi qui ne se peut venger :

Et comme devant Troie on vit des Grecs encor
Braver les moins vaillants autour du corps d’Hector :
Ainsi ceux qui jadis soulaient*, à tête basse,

Du triomphe romain la gloire accompagner,
Sur ces poudreux tombeaux exercent leur audace,
Et osent les vaincus les vainqueurs dédaigner.

***

Joachim du Bellay, Les Antiquités de Rome, XV, 1558

*soulait, aient : verbe souloir, « avoir l’habitude de + infinitif »

Ce que j’écris :

La phrase qui tue :

Peu m'importe.
Peu m'importe quoi ? Je ne sais 
pas ; peu m'importe.
                    Fernando Pessoa

Classement par auteurs

Haïku !!!

Sans savoir pourquoi
                     j'aime ce monde
   où nous venons mourir___

                 Natsume Sôseki

Articles les mieux notés

novembre 2017
L M M J V S D
« Juil    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Un petit sondage

Archives

google-site-verification: google2f13a981018fddfc.html
%d blogueurs aiment cette page :